Envoi du mail en cours
 

Rester connecté

Hématologie /
× Leucémie myéloïde chronique (LMC)

23 articles dans cet axe pathologique
3 caractères minimum
Article Commenté
Source : Cancer. 2017 Jul 25. doi: 10.1002/cncr.30885.
Après échec d'un premier arrêt du traitement ITK d'une LMC, que peut-on attendre d'une deuxième tentative ?
Pr Michel Tulliez (Hôpital Henri-Mondor - Créteil) le 21 Septembre 2017
De nombreuses publications, principalement françaises, depuis 10 ans, ont démontré la possibilité d’arrêter le traitement par l’imatinib (et plus récemment par le dasatinib ou le nilotinib) avec environ 50% de rémission prolongée sans traitement. Ces tentatives d’arrêt ont été proposées à des patients traités pour la plupart depuis au moins trois ans et en réponse moléculaire profonde...
Lire la suite
Articles scientifiques (23)
Article Commenté
Source : Cancer. 2017 Jul 25. doi: 10.1002/cncr.30885.
Après échec d'un premier arrêt du traitement ITK d'une LMC, que peut-on attendre d'une deuxième tentative ?
Pr Michel Tulliez (Hôpital Henri-Mondor - Créteil) le 21 Septembre 2017
De nombreuses publications, principalement françaises, depuis 10 ans, ont démontré la possibilité d’arrêter le traitement par l’imatinib (et plus récemment par le dasatinib ou le nilotinib) avec environ 50% de rémission prolongée sans traitement. Ces tentatives d’arrêt ont été proposées à des patients traités pour la plupart depuis au moins trois ans et en réponse moléculaire profonde...
Lire la suite
Article Commenté
Source : Cancer. 2017 Apr 7. doi: 10.1002/cncr.30558.
Traitement des Leucémies avec Chromosome Philadelphie et mutation T 315 I : ponatinib ou allogreffe ?
Pr Michel Tulliez (Hôpital Henri-Mondor - Créteil) le 1 Juin 2017
Les inhibiteurs de tyrosine kinase (ITK), imatinib et ITK de deuxième génération, ont totalement transformé le pronostic de la leucémie myéloïde chronique(LMC) au cours des 15 dernières années. Associés à la chimiothérapie, ils ont amélioré les résultats du traitement des Leucémies Aiguës Lymphoblastiques (LAL) PH +. Jusqu’en 2010, l’allogreffe était le traitement de référence...
Lire la suite
Article Commenté
Source : Eur J Cancer. 2017 ; 77:48-56.
Arrêt de l'imatinib chez les patients atteints de LMC avec transcrit BCR-ABL indétectable. Etude systématique et méta-analyse
Pr Vincent Lévy (Hôpital Avicenne - Bobigny) le 24 Mai 2017
Depuis l’avènement des inhibiteurs de tyrosine kinase, plus de 80% des patients atteints de LMC obtiennent une rémission cytogénétique, et environ 40% sont en rémission moléculaire complète (CMR). La CMR est associée à un risque négligeable de progression. Il existe cependant des toxicités à long terme de ces médicaments et des problèmes de compliance...
Lire la suite
Article Commenté
Source : N Engl J Med. 2017 ; 376(10):917-927.
Imatinib : les résultats à long terme du protocole IRIS
Pr Michel Tulliez (Hôpital Henri-Mondor - Créteil) le 4 Mai 2017
Après les premiers résultats spectaculaires des essais de phase I et II de l’imatinib rapportés par B. Druker, l'étude de phase III « IRIS » a recruté très rapidement, de juin 2000 à janvier 2001, 1106 patients LMC en phase chronique et au diagnostic. Il s'agissait d'un protocole multicentrique international randomisé : 553 patients traités par imatinib...  
Lire la suite
Article Commenté
Source : Blood. 2017 ; 129(7):846-854.
Arrêt du Dasatinib ou du Nilotinib dans la LMC : analyse intermédiaire de l'étude STOP ITK2
Pr Michel Tulliez (Hôpital Henri-Mondor - Créteil) le 2 Mars 2017
Les études françaises STIM et ASTIM ont démontré la faisabilité sans risque pour le patient d’un arrêt du traitement par l’Imatinib chez les patients présentant une réponse moléculaire (RM)>4,5 pendant au moins 2 ans avec un taux de Rémission Sans Traitement de 40% à 60% (selon la définition de la rechute choisie : perte de la RM4,5 ou...
Lire la suite
Article Commenté
Source : J Clin Oncol. 2017 ; 35(3):298-305.
Suivi à long terme de l'étude française Stop Imatinib (STIM1) chez des patients LMC
Pr Michel Tulliez (Hôpital Henri-Mondor - Créteil) le 2 Février 2017
Les résultats préliminaires d'une étude pilote publiée en 2007 et du protocole STIM (Stop Imatinib) en 2010 avaient montré la faisabilité d’un arrêt de traitement par l'Imatinib avec les résultats très encourageants d’un suivi à 2 ans. Le groupe français LMC vient de publier dans JCO le suivi à long terme des 100 patients inclus de...  
Lire la suite
Article Commenté
Source : Leukemia. 2016 Dec 16. doi: 10.1038/leu.2016.360.
Un taux élevé de cellules NK matures favorise le succès de l'arrêt du traitement de la LMC par l'Imatinib
Pr Michel Tulliez (Hôpital Henri-Mondor - Créteil) le 22 Décembre 2016
Le protocole européen Euroski d'arrêt du traitement par ITK portant sur 821 patients, malgré des critères moins exigeants que ceux du protocole STIM, a confirmé la possibilité d'obtenir près de 50% de survie sans rechute (SSR) après arrêt du traitement (52% à 24 mois). De nombreuses études ont mis en évidence la persistance de...
Lire la suite
Compte Rendu
Source : American Society of Hematology
Faut-il avoir peur des génériques d'imatinib ?
Dr Françoise Huguet (Institut Universitaire du Cancer Toulouse - Oncopole) le 6 Décembre 2016
Ils arrivent ! Les génériques d’imatinib (IM) font leur apparition en France, suscitant beaucoup d’inquiétude chez patients et médecins. Les expériences venues d’Inde et de Pologne sont donc intéressantes.
Lire la suite
Compte Rendu
Source : American Society of Hematology
Une énorme série de LMC en phase blastique à l'ère des ITK
Dr Françoise Huguet (Institut Universitaire du Cancer Toulouse - Oncopole) le 6 Décembre 2016
Le MD Anderson Cancer de Houston rapporte une série de 477 patients atteints de LMC en phase blastique (PB) (> 30% de blastes médullaires ou localisation extra-médullaire), référés entre juillet 1997 et juillet 2015. Tous ont reçu un ITK à un moment ou un autre de leur évolution
Lire la suite
Compte Rendu
Source : American Society of Hematology
LMC : BCR-ABL n'est plus seul
Dr Françoise Huguet (Institut Universitaire du Cancer Toulouse - Oncopole) le 6 Décembre 2016
Deux communications décrivent la présence chez les patients atteints de LMC de mutations somatiques de gènes distincts de BCR-ABL. Les mutations de gènes impliqués dans les néoplasies myéloïdes et l’hématopoïèse clonale liée au vieillissement, tels
Lire la suite